Dois-je aller chez le médecin? myGuide vous donne une réponse

Bourdonnement dans les oreilles, maux de ventre, fièvre importante ou douleurs dans la poitrine: lorsqu’on ne se sent pas bien, on cherche vite de l’aide sur Internet. Or, l’auto-diagnostic avec Docteur Google présente des risques et apporte souvent plus de doutes que de réponses. C’est là qu’intervient myGuide, le conseiller numérique de la CSS.

Aussi différents sont les symptômes de maladie, aussi diverses peuvent l’être leurs causes. Il n’est pas toujours nécessaire d’aller chez le médecin: souvent, un remède maison éprouvé ou un peu de repos suffit. Un conseiller fiable à qui faire appel en cas de doutes sur son état de santé est myGuide. Ce conseiller numérique analyse les symptômes de maladie et indique s’il faut consulter et dans quel délai.

Au moyen d’un chatbot, myGuide dialogue avec l’utilisateur de manière entièrement automatique, sur smartphone ou sur PC. Ce questionnaire ciblé, comme une anamnèse classique, permet d’analyser les symptômes avec un maximum de précision. A partir de là, myGuide émet une recommandation. S’il y a urgence vitale, il est possible d’appeler les services d’urgence à l’aide du smartphone. S’il n’est nécessaire d’aller ni à la pharmacie, ni chez le médecin, l’utilisateur concerné reçoit des conseils pratiques pour se soigner.

La version de base de myGuide a été mise au point par le DAndreas Meer (55 ans) et son équipe de l’entreprise in4medicine AG à Berne. L’interniste a fondé cette entreprise spécialisée dans les solutions informatiques médicales en 2008; parallèlement, jusqu’à il y a deux ans en arrière, il était médecin-chef au service d’urgence de l’Hôpital cantonal de Fribourg. Depuis, il a rangé sa blouse blanche pour se concentrer sur le développement de son entreprise informatique.

Animation myGuide französisch

Des systèmes comme myGuide existent dans le monde entier dans des services d’urgence et de sauvetage. Andreas Meer avait essayé de nombreuses solutions informatiques au cours de sa carrière. «Mais jamais je n’avais été vraiment satisfait. C’est pourquoi j’ai eu l’idée de mettre au point une version plus performante qui corresponde aux normes élevées en Suisse. Au fond, les soins médicaux jouissent d’une excellente réputation dans notre pays», explique-t-il.

Nous aurons encore besoin de médecins à l’avenir

myGuide relie, comme un système nerveux, plus de 1000 études scientifiques vérifiées, et se fonde sur un consensus entre experts. Une fois que le client CSS s’est connecté, le chatbot entame un dialogue avec lui. Comme lors d’une consultation médicale habituelle, myGuide commence par déterminer le type et la gravité des symptômes. Les signes d’urgence vitale sont recherchés en premier.

Le docteur Andreas Meer, créateur de myGuide.

Si la respiration est réduite ou la conscience est trouble, le conseiller numérique recommande d’appeler tout de suite les services d’urgence: «L’objectif est de donner aux patients le bon traitement, au bon endroit et au bon moment. myGuide n’a pas la prétention d’établir un diagnostic. D’après les sensations de la personne, il émet une première recommandation: il indique s’il faut directement se rendre chez le médecin ou s’il suffit de se servir dans la pharmacie familiale», explique le DMeer.

myGuide n’a pas vocation à poser un diagnostic.»

Dr. med. Andreas Meer

Pour l’entrepreneur, il est donc clair que myGuide ne peut remplacer aucun médecin. Dès que des examens sont nécessaires en vue d’un diagnostic, comme une analyse de sang, des radios, une IRM ou des ultrasons, il est indispensable de consulter: «L’intelligence artificielle qui est utilisée avec myGuide ne remplace pas un médecin. En effet, l’expérience d’un médecin et l’historique de ses contacts avec le patient sont bien trop précieux. Cependant, myGuide est excellent pour effectuer une anamnèse automatique et donner une première recommandation aux personnes qui le souhaitent.»

Contrôle sur le cœur et les reins

Avant d’être mis sur le marché, myGuide a été testé par des spécialistes et des informaticiens médicaux pour des troubles du cœur et des reins. Avec son équipe, le DThomas Rosemann, directeur de l’institut de médecine de famille de l’Université de Zurich, était chargé du contrôle qualité. «Pendant trois mois, nous avons examiné myGuide sous toutes ses coutures et simulé des milliers de tableaux cliniques», raconte le professeur. En se basant sur les diagnostics les plus fréquents établis dans des cabinets de médecin de famille, ils ont testé pratiquement tous les motifs de consultation en faisant varier des paramètres tels que le sexe, l’âge, le degré de gravité, etc.

«Des résultats d’une précision impressionnante»: le professeur Thomas Rosemann, directeur de l’institut de médecine générale de l’Université de Zurich, a encadré les travaux de vérification de myGuide.

«Nous avons mis myGuide à l’épreuve et avons même testé des tableaux cliniques très spéciaux, comme un type très rare d’anévrisme de l’aorte abdominale où le renflement du vaisseau se déchire puis éclate après un certain temps, avec des conséquences potentiellement mortelles. myGuide a identifié même ces cas rares de manière fiable et donné la recommandation correspondante. Nous avons été fortement surpris par l’exactitude des résultats. Les recommandations d’auto-traitement sont aussi très pertinentes du point de vue médical», note Thomas Rosemann.

myGuide soutient les médecins

Selon lui, il est judicieux de recourir à ce type de services à plusieurs titres: «Dans les zones urbaines, de nombreuses personnes sont sur-sensibilisées et vont trop rapidement chez le médecin alors que ce ne serait pas nécessaire dans de nombreux cas. myGuide aide à prévenir des consultations médicales superflues et donc la hausse des coûts de la santé.» Autre aspect positif souligné par le professeur Rosemann: les utilisateurs de myGuide peuvent imprimer la recommandation et la présenter à leur médecin en consultation. «De nombreuses questions ont déjà été posées automatiquement, et les réponses ont déjà été analysées de manière complète. La recommandation myGuide aide le médecin traitant et facilite la consultation», assure-t-il avant de conclure: «Et s’il n’est pas recommandé de consulter, myGuide donne toujours des conseils pour se sentir mieux facilement.»

À l'écoute 24 heures sur 24

Le conseiller numérique n’a pas d’horaires de consultation et peut être utilisé partout et à tout moment. Il peut être utilisé gratuitement par les clients CSS et les membres de leur famille. Le service numérique est accessible par le portail client myCSS ou sur www.css.ch/myguide. myGuide répond aux normes les plus strictes en matière de protection des données.

 

 

lancer myGuide